HAUT-JURA-ENERGIES renouvelables

Journées du Granulé 2013

Associé à une période de crise, cet hiver long et rigoureux, nous amène à nous poser des questions sur nos budget chauffage qui, aux dires de tous a explosé cet hiver.

Les factures énergétiques pèsent de plus en plus sur le budget familial, le moment est venu de se poser les bonnes questions.

A l’occasion de la journée nationale du granulé de bois, l’entreprise Haut-Jura énergies basée à SEPTMONCEL, spécialisée dans le domaine des énergies renouvelables, associée à une marque de chaudières à granulé de bois, leader en Europe (OKOFEN) organisait comme chaque année une
visite d’installation de chauffage à granulé de bois, cette édition aura connu un très fort succès, plus de 30 familles se sont déplacées, démontrant l’intérêt grandissant des consommateurs, pour des solutions alternatives promises à un bel avenir.

Dans les années 90 les premières chaudières à granulé de bois ont vu le jour en Autriche dans les ateliers de passionnés qui voulaient automatiser leurs installations de chauffage au bois traditionnelles dans un pays de montagne et de forêt.

20 ans plus tard ce sont 50 000 chaudières granulé installées en Autriche et 150 000 en Allemagne ; le développement d’une industrie à la pointe de l’innovation qui crée des emplois, exporte sa production (78 % pour les Autrichiens leaders incontestés en Europe) - Les ventes de chaudières en
Autriche à granulé sont depuis plusieurs années plus importantes que celles des chaudières au fioul.

La France malheureusement à la traine dans le domaine des énergies renouvelables a vu les premières chaudières granulé arriver timidement il y a 10 ans, on compte actuellement seulement 11 000 installations en France… Une centaine (toutes marques confondues) pour notre entreprise haut-jurassienne.

A l’heure où les énergies fossiles fuel, gaz, charbon) entament un déclin inéluctable, où elles sont décriées pour leurs effets néfastes pour la planète (réchauffement climatique), à l’heure où l’électricité majoritairement nucléaire en France, est en perte de confiance de la part des consommateurs qui pressentent une probable hausse de l’électricité dans les années futures, suite à la catastrophe Fukushima bien sûr, mais aussi suite au début de vérité sur les coûts réels du démantèlement du parc nucléaire vieillissant.

Alors quelles énergies choisir pour demain, quels sont déjà les choix et les orientations prises par nos voisins européens. Il faut visiter la campagne allemande ou autrichienne, pour mesurer le retard pris dans le domaine du solaire et du bois énergie.

Le moment est venu de se poser les bonnes questions, de faire le meilleur choix possible pour ses besoins énergétiques pour les prochaines décennies.
Chacun doit avoir en tête que nous devons faire des économies, répondre d’une manière individuelle contre le réchauffement climatique, penser aux générations futures, et donner de la valeur à nos biens en investissant dans une énergie d’avenir.

Arrivées seulement il y a 10 ans en France les chaudières automatiques à granulé de bois ne sont pas mises en valeur sur le marché Français, pourtant il existe des entreprises spécialisées comme Haut-Jura énergies qui proposent des installations très performantes et économiquement très
avantageuses.

En effet on divise par 2 ou 3 sa facture énergétique lorsque l’on change sa veille chaudière fuel ou gaz par une chaudière à granulé de bois moderne.
La forte participation pour cette journée porte ouverte démontre les interrogations et l’engouement récent pour ces nouvelles solutions alternatives. Les visiteurs sont souvent surpris par le niveau de technologie, de fonctionnalité et de performance de ces systèmes, qui imposent de faire
appel à des spécialistes formés et compétents pour installer de telles machines.

Malheureusement les industriels français ont raté le train en marche, les installateurs spécialisés comme Haut-Jura énergies dans les énergies renouvelables, n’installent que du matériel Autrichien ou Allemand, cela est catastrophique pour la balance du commerce extérieur Français ...

Les formations indispensables pour ce type d’activité très spécialisée et pointue se font principalement chez les fabricants et pour les entreprises d’expérience qui veulent parfaire leurs connaissances directement en Allemagne ou en Autriche.

Les installateurs se plaignent du manque de salariés formés en France pour ces nouvelles filières, le retard est tellement important que l’on peut se demander si il y a déjà suffisamment de professeurs formés pour ouvrir des écoles et former les élèves.

La route est encore longue et les objectifs ambitieux annoncés lors du grenelle de l’environnement (qui à du plomb dans l’aile) d’être les leader en Europe en 2020 dans le domaine des ENR semble s’éloigner.

Les visiteurs à juste titre ont posé beaucoup de questions sur le fonctionnement de ces nouvelles chaudières, mais aussi d’une manière plus large sur l’ensemble des problématiques énergétiques dans le domaine de l’habitation, sur l’organisation et la pérennité de la filière qui fabrique le
combustible sous forme de granulé de bois et surtout, sur l’évolution du prix du combustible dans le temps.

La France est en retard sur ses voisins, pourtant en quelques années la production française à très fortement progressé, les industriels se sont progressivement investis dans la qualité pour répondre aux exigences des normes en particulier la norme DIN allemande, les prix ont bien sûr augmenté mais sans commune mesure avec la progression forte des énergies fossiles, très tributaires de la géopolitique mondiale.

Tous les voyants sont donc au vert. Le Jura a la chance d’avoir déjà un
maillage de distributeurs en granulés important, favorisant la concurrence, donc le maintien de prix compétitifs.

Toujours avec une longueur d’avance les fabricants autrichiens comme (OKOFEN), développent dans leurs centres de recherche les chaudières de demain. Les techniciens de Haut-Jura énergies ont pu voir
fonctionner les toutes nouvelles chaudières granulé à Cogénération, c’est à dire que non seulement la chaudière est bien sûr capable de chauffer une maison avec tout le confort nécessaire, de produire l’eau chaude pour les douches, mais aussi grâce à une microcentrale électrique de cogénération de
fabriquer l’électricité du foyer, on devient alors autonome énergétiquement… les premières seront testées prochainement en Autriche chez des particuliers.

Chez nos voisins ...

Suède : le 1er marché européen du pellet
- Le chiffre d’affaires généré par l’industrie du pellet (ventes de pellets, de chaudières et d’autres services associés) s’élève à 1,5 milliard d’euros.
- 5 unités de fabrication dépassent une capacité de 100 000 tonnes.
- Le pellet est utilisé dans les chaudières individuelles ainsi que pour des réseaux de chaleur, soit un taux de pénétration indirect de plus de 29%.

Allemagne : le deuxième plus important marché d’Europe
Un marché fortement soutenu par les autorités locales qui incitent fiscalement à la promotion des énergies renouvelables.

Autriche : utilisation du pellet depuis le milieu des années 1990
- En Autriche, le taux de pénétration du marché des granulés chez les particuliers dépasse 8%, soit l’un des plus élevés d’Europe.
- Le pellet s’est rapidement imposé notamment grâce à la culture bois des Autrichiens et à la fiscalité très forte sur les énergies fossiles.
- Les ventes de chaudières à pellets sont depuis plusieurs années plus importantes que celles des chaudières au fioul.

Italie : un marché jeune et vigoureux
- Un marché relativement jeune qui se développe rapidement avec une croissance annuelle moyenne depuis 2003 de 42%.
- L’utilisation du pellet chez les particuliers est très populaire (forte utilisation de poêles), particulièrement dans le nord du pays.
- Avec près de 90 producteurs de pellets, la filière italienne est très atomisée et il n’existe pas de société produisant de grandes quantités.